Photographe: Pierre-Yves Côté

Monsieur Parizeau, Monsieur le Premier Ministre…

En 2007, je me rends à l’édifice des Archives & Bibliothèque Nationale du Québec (Édifice Gilles-Hocquart) où est situé le bureau officiel de M. Parizeau, pour une séance photo à la demande du magazine Jobboom.

Ayant eu le plaisir dans ma carrière, de photographier de nombreuses personnalités connues au Québec et en France, dans mon studio ou en location, je ne suis pas particulièrement perturbé ou intimidé par cette faune.

M. Parizeau fait partie d’une catégorie particulière. Il a une présence qui transcende la pièce, une force tranquille. Il impose le respect.

Il arrive lentement vers moi, appuyé sur sa canne par le temps, par l’Histoire. Le pied est lourd, la direction est précise. Formel, il me sert la main, à la fois douce et ferme. Dit bonjour à mon assistante. Aucune condescendance. Homme de la bourgeoisie; homme du Peuple. Paradoxe annulé. Le regard m’apparaît fatigué mais sitôt que nous parlons, le discours est précis, la pensée aiguisée.

Si vous désirez parler avec M. Parizeau, soyez prêt. Il impose le meilleur de vous. Que vous soyez pour ou contre sa pensée politique, il vous impose de réfléchir, d’aller plus loin dans votre argumentaire.

Jacques Parizeau par Patrice Bériault/Immophoto

Jacques Parizeau par Patrice Bériault/Immophoto

L’homme a son nom déjà écrit dans les livres de l’histoire du Québec… et du Canada. Homme cultivé, au verbe fort, sa pensée a influencé notre culture. Qu’importe notre allégeance politique, qu’importe les erreurs qu’il a commis; la somme de ses qualités, de ses interventions, de son influence sur notre société dépasse de loin les quelques erreurs qu’il a pu commettre.

M. Parizeau est de ses hommes et femmes qui ont transcendé l’histoire de leur peuple, qui lui ont donné un souffle, une inspiration, une direction. Il nous a rendu meilleurs.

Monsieur le Premier Ministre, merci. Monsieur Parizeau, au revoir.

« O Captain! My Captain! »

– Patrice Bériault